Un détour dans les antres de la Russie pour découvrir ce lévrier de chasse à poils longs jusqu’au sol : le barzoï. On le dira bipolaire pour son tempérament serein et reposé sous les caresses, mais en furie et surexcité lorsqu’il entre dans sa peau de lévrier de chasse, qui dailleurs appartient à sa véritable nature…

Histoire du Barzoï

Tout remonte au XVIème siècle, lorsqu’on évoque la découverte de ce charmant animal. Une thèse se base sur le croisement d’un lévrier asiatique à un chien nordique, tandis qu’une autre repose suppose une émanation directe de la faune sauvage.

Quoiqu’il en soit, c’est finalement en Russie que la race du barzoï est fixée. De là jusqu’au XIXeme siècle, il est utilisé pour sa vraie nature : la chasse. Le barzoï chasse habilement : les lièvres, les loups ou encore les renards. Néanmoins, on distingue durant cette période les chasseurs dont l’effort est court et intensif et ceux dont l’effort est long et prolongé. C’est dans cette optique qu’on sépare pour la première fois le barzoï à poil épais et celui à poil net.

Longtemps considéré comme un chien ultra utile à la chasse pour les grandes familles de Russie, il finit plus tard par être reconnu pour un chien de salon et de compagnie. Là, il commence à se répandre : il fait l’image d’un présent à la princesse Alexandra en 1842. Huit ans plus tard, c’est toute l’Europe occidentale qui en veut et presque 40 années plus tard, c’est au tour des Etats-Unis de les accueillir…

Entre finesse et fière allure… entre tendresse et surexcitation

À première vue, le barzoï, on l’aime pour la douceur qu’il dégage sous sa fourrure longue et belle en couleur généralement blanche et or nuancée. On croit à la discipline et à la docilité qui se dégage de ce corps à silhouette aplatie. En outre, cet animal est d’une rigueur : un corps long, un dos plutôt arqué, un cou bien allongé et musclé et une poitrine étroite et plate. Plus bas, ses pattes sont bien ovales et étroits et sa queue se dessine en forme de faucille, jamais prête à se relever par-dessus le niveau du dos lorsque le corps est en mouvement. Bref, c’est un corps méticuleux et aristocratique dont le barzoï dispose.

Méticuleux et à fière allure : car mesurant jusqu’à près de 82 cm pour le male et possédant une peau plus que fine, le barzoï mène la démarche du roi des animaux, noble et imposant, marchant gracieusement au trot.

« Le Barzoï est l’élégance même au plus haut degré. C’est le chien le plus raffiné qui soit » raconte un propriétaire sur le site du Club des Barzoï.

De manière comportementale, le barzoï est reconnu pour son affection et sa sensibilité aux caresses, mais ce que l’on ne vous a pas dit, c’est que ce même animal sait également se changer en véritable fauve lorsqu’il est sur un ring ou en plein air. Lorsqu’il se met à prendre de la vitesse, en chasse ou encore en endurance, son tempérament bon vivant prend le dessus et fait de lui un animal alerte et totalement déployé.

Comment passer du temps avec un barzoï ?

On l’aura compris, pour préserver cette joie de vivre authentique que le barzoï détient, il faudra néanmoins en contrepartie bien s’en occuper. Le barzoï est un animal de compagnie dont la douceur peut aller jusqu’à l’isolation si l’on ne le met pas en situation de socialisation. Pour ce faire, chats, chiens de mêmes races ou d’autres races, humains sont les bienvenus pour passer du temps avec le barzoï.

En outre, pour donner le meilleur de lui-même, le barzoï nécessite que l’on prenne attention à sa nature de lévrier de chasse. En conséquence, une balade quotidienne régulière ou hebdomadaire dans espace vaste à l’air libre ne pourra que lui faire le plus grand des biens.

Par ailleurs, la meilleure façon de préserver la beauté de son pelage est, bien entendu, la brosse à passer régulièrement dans sa fourrure après un bon bain pour rehausser l’allure de ses poils. Coté gastronomie, le barzoï n’est pas difficile. Il se contente de peu excepté lorsqu’un grand os se pointe devant son nez. L’essentiel reste de ne pas forcer cet animal à digérer plus que ce que son estomac désire.

Le barzoï aujourd’hui…

Race très appréciée par les propriétaires aimants, le barzoï est un animal de compagnie aujourd’hui présent pratiquement dans tous les salons des particuliers. Mais en outre, on reconnait le barzoï pour son succès auprès des concours canins qui s’organisent de part et d’autre dont notamment celui de New-York, lors du Westminster Dog Show, rassemblant les pures races venus du monde entier. Là, le barzoï n’hésite pas à s’exposer et à se faire valoir pour la beauté de son pelage.
En France, le Concours Général Agricole des animaux permet également aux barzoïs de se démarquer, toujours tout près des trophées. Entre les mains de leurs éleveurs, les barzoïs sont plus qu’à l’aise en défilant au trot à fière allure, sous les yeux des jurys…