L’apprentissage de la propreté


C’est une règle essentielle du savoir-vivre canin. Bien souvent, la propreté s’acquiert d’elle-même et ne nécessite pas de véritable éducation. Sachez quand même que le chien (mâle) est assez peu maniaque sur le plan de la propreté, et que son habitude à marquer son territoire un peu partout à coups de jets d’urine est un vrai problème pour la vie en appartement.

Apprendre la propreté à son chien

Votre chien ne parvient pas à une propreté satisfaisante, vous pouvez pratiquer de la manière suivante : désodorisez systématiquement les endroits où l’animal s’est oublié. Ils sont en effet imprégnés de phéromones, odeurs de communication très importantes, qui incitent l’animal à renouveler son acte au même endroit (sur ce plan, le chien est fortement lié à des habitudes). Utilisez du vinaigre, ou un produit détergent fortement parfumé.

Jouez sur le côté affectif et positif du chien, en l’encourageant et en le félicitant chaque fois qu’il fait lors des promenades. N’oubliez pas l’aspect méthodique évoqué plus haut, et ne changez pas le circuit de la « promenade-pipi ». Des repas réguliers, suivis systématiquement d’une sortie, sont la meilleure solution.

apprendre-proprete-chien

Évitez la punition

A moins de prendre le chien sur le fait, évitez la punition pour obtenir la propreté. Cela passerait systématiquement par un trouble émotionnel de l’animal qui perdrait une partie de son enthousiasme et de sa spontanéité.

Le jeu et l’excitation agissent sur la stimulation de la déjection. Sortez donc votre chien après une grande partie de cache-cache, une séance de dressage, etc.

Sachez enfin qu’il est tout à fait normal que le chien n’acquière sa propreté définitive que vers 12 semaines. De plus, il lui est assez pénible de se retenir plus de 5 heures. Alors, pensez à prévoir un petit « coin WC » pour la nuit,

Le principe de Pavlov

Le célèbre physiologiste soviétique Ivan Pavlov a édité, au début du siècle, un principe de psychologie expérimentale sur les animaux, qui fait- encore autorité aujourd’hui. Il y précise que l’animal vit selon le principe du réflexe conditionné. Toute action qui aboutit à une récompense sera volontiers réitérée par le chien. Mieux il fera, et plus vous devrez le gratifier, avec des marques évidentes de satisfaction. Inversement, chaque erreur doit être sanctionnée (sans violence). C’est par association d’idée que « fonctionne » le chien, il est donc nécessaire de répéter toujours les mêmes choses dans le même ordre, afin que l’éducation se produise sans heurts et surtout sans risque d’embrouiller son intellect simple et très droit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *